Actus, Microsoft

Microsoft attaque en justice le gouvernement américain

994 views 4 Comments

Microsoft a lancé jeudi des poursuites en justice contre le gouvernement américain, affirmant que les mandats de perquisitions secrets pour consulter les emails des particuliers étaient contraires à la Constitution.

boutique-microsoft-a-new-york-le-6-octobre-2015_5573815

« Microsoft lance ces poursuites parce que ses clients ont le droit de savoir quand le gouvernement obtient un mandat pour lire leurs emails, et parce que Microsoft a le droit de les en informer », ont indiqué les avocats du groupe dans les documents présentés au tribunal.

La loi sur la confidentialité des communications électroniques autorise les tribunaux à ordonner à Microsoft et d’autres fournisseurs de comptes emails de ne pas révéler qu’un mandat a été mis en oeuvre. Ils partent du principe qu’il est « légitime de penser » qu’informer les personnes visées pourrait nuire aux enquêtes. Microsoft défend dans sa plainte que conserver le secret sur ce type de mandat ne respecte pas la liberté d’expression protégée par la Constitution américaine, ni les mesures de protection contre les perquisitions abusives.

« Il est devenu courant pour le gouvernement américain d’ordonner que les fournisseurs d’emails gardent le secret sur ce type de requêtes légales »
« Nous pensons que cela va trop loin et nous demandons aux tribunaux de se pencher sur le problème ».

Que pensez-vous de la question ? Microsoft doit-il informer ses utilisateurs quand il y a des mandats concernant leurs emails ou garder le secret ?

via

 

RELATED ITEMS
Author Bio

Julie

Co-Fondatrice de Nokians.fr // Nokia Champion 2012 / 2013 / 2014 // Ambassadrice de la marque depuis 2010 // MVP Windows Phone. Fan des innovations Lumia comme le chargement sans fil, l'appareil photo Pureview et le mode Continuum ! :)

4 Comments
  1. Fred

    15 avril 2016 at 17 h 52 min

    Tout dépend de ce qui est recherché. Je suis pour une cooperation totale s’il s’agit d’enquêtes de terrorisme et activités annexes de financements (drogue, contrefaçon, prostitution…)
    Après si d’autres choses sont trouvées sans rapport, il faudrait que ces données ne soit pas exploitables.

  2. Adree

    15 avril 2016 at 18 h 59 min

    C’est un terrain « glissant » il serait intéressant de savoir le nombre de compte surveillés par an et le type d’affaires concernés, ce que nous ne saurons jamais. C’est pourtant le seul moyen de savoir si il y a abus ou pas… Après il ne peut pas leur de surveiller les moyens de communications.

  3. Greg

    15 avril 2016 at 19 h 06 min

    Totale collaboration ou non n’est pas la véritable question. Ca serait plutôt: Faisons-nous confiance aux personnes qui nous dirigent et nous protègent ?
    Car si cette confiance était là, il n’y aurait pas eu d’affaire Snowden, de bras de fer entre Apple et le FBI, de dépôt de plainte de MS, etc.
    Ca ne me derange pas de donner mon code de CB a quelqu’un tant que je sais que cette personne n’en profitera pas pour dépouiller mon compte.

  4. Un Lucas

    17 avril 2016 at 10 h 45 min

    Les deux points de vues se discutent, un abus nui a la liberté, mais diffuser ces informations ralentirons les recherches

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


quatre − = 1