Nokia

[Business Fiction] Episode 1 : les employés de Nokia au sein de Microsoft

414 views 12 Comments

L’annonce du rachat de la division devices & services de Nokia par Microsoft a maintenant deux mois. Plusieurs compléments d’information ont été publiés depuis et les détails de l’accord deviennent plus clairs. Et même si il peut encore y avoir des surprises lors du vote par les actionnaires, il est aujourd’hui possible de se risquer à un exercice de “business fiction” et d’imaginer l’avenir de ce rachat. C’est ce que je vous propose dans cette nouvelle série d’articles.

Aujourd’hui je vous propose d’explorer comment les équipes de Nokia pourraient s’intégrer à celles de Microsoft. Le sujet étant très complexe, vous me pardonnerez j’espère la longueur de cet article.

Les faits

La division Devices & Services de Nokia comporte :

  • les téléphone Nokia classic, Asha et Lumia ;
  • les accessoires Nokia comme les oreillettes Bluetooth, les chargeurs sans fil ou encore les supports pour voiture ;
  • les applications “exclusives” des Lumia et des téléphones sous S40/S60, telles que les nouveaux Story Teller et Video Director sur Windows RT, Studio Créatif sur Lumia, ou Nokia Situations sur S60 ;
  • les services en ligne comme Beamer/Photobeamer, Nokia Music, le Nokia Store (pour les apps, mais aussi la musique et les livres de Nokia lecture), Nokia Tools (un support des fermiers en Inde et en Afrique utilisant des textos), ou encore les anciens compte emails OVI (gérés par Yahoo!, mais toujours la propriété de Nokia).

La division Devices & Services de Nokia possède aussi des usines. Ces usines de Nokia sont de deux types : assemblage et customisation. Les usines d’assemblage sont celles qui réalisent les téléphones proprement dits, tandis que les usines de customisation sont en charge de les flasher avec des ROM locales (ex: Vodafone en Allemagne, Swisscom en Suisse), et de les mettre en boite avec leur chargeur, écouteurs, et manuels. Cette structure permet à Nokia de simplifier la chaine d’approvisionnement et de la rendre plus efficace localement (les usines de customisation permettent de répondre plus rapidement aux demandes locales, ce qui ne perturbe pas le flux de production des usines d’assemblage). Cette organisation permet aussi de pouvoir faire appel à des sous-traitants occasionnels pour l’assemblage en cas de saturation des usines, sans avoir à transmettre les ROM à ces sous-traitants (sécurité augmentée).

Les employés de la division Devices & Services sont de plusieurs types :

  • vente et distribution ;
  • marketing ;
  • services généraux (administratif, RH, finances) ;
  • développement produits (hardware ou software) ;
  • production (ouvriers, techniciens et ingénieurs).

Il y a de plus des employés de cette division rattachés au “Chief Technology Office”, c’est à dire aux centres de recherche avancé de Nokia : ces employés resteront membres de Nokia, et ne seront pas transférés à Microsoft ; à la place, ils deviendront membres de la nouvelle division “Advanced Technologies”, qui vise à développer des technologies disruptives dans les domaines de l’imagerie, de la compression vidéo et audio, des transmissions radios ou encore des matériaux innovants.

Dans une lettre adressée aux employés de Microsoft en septembre, Steve Ballmer a aussi donné d’importantes précisions sur la façon dont les employés de Nokia seront intégrés dans les équipes de MSFT :

  • Les membres actuels du comité de direction de la division Devices & Services garderont leurs fonctions (en gros, on ne change pas une équipe qui gagne – pas de troll SVP, c’est juste de l’humour  :-D) ;
  • Les équipe de Ventes et Distributions seront gardées intactes. Microsoft reconnait que cet aspect du rachat de Nokia est critique pour eux, car le réseau de vente de Nokia, et les relations très privilégiées avec les opérateurs sont jugées critiques (pas par moi, par MS) pour l’avenir de WP ;
  • Les équipes marketing, Nokia Care, services généraux et IT seront immédiatement intégrées avec les équipes de Microsoft ;
  • Les équipes services de Nokia (développement et maintenance) seront dans un premier temps gérés séparément, puis intégrés dans ceux de Microsoft ;
  • Les équipes de développement resteront pour l’instant en place géographiquement et fonctionnellement ;
  • Enfin les équipes de production seront gardées en l’état, au sein de la division devices de Microsoft. Les équipes dirigeantes de Microsoft et de Nokia évalueront à l’avenir comment joindre les méthodes de production des deux entreprises. Il s’agit en effet d’un point critique : Microsoft est connu pour sous-traiter la fabrication des Xbox, Surface et accessoires PC, tandis que Nokia manufacture toujours une grande majorité de ses produits.

Je souhaite rajouter ici un fait supplémentaire, important pour mieux comprendre ce qui pourrait arriver : dans toute son histoire, Microsoft n’a ordonné qu’un seul plan social d’envergure, en 2009, touchant plus de 5000 employés. Depuis, MS a de temps en temps fait des plus petits plan sociaux locaux, comme en 2012 dans leur service marketing (ce plan social, annoncé en juillet,  et qui devait toucher 200 personnes en France, fût finalement annulé en décembre).

Business Fiction

Alors ? Que pourrait-on imaginer pour les employés de Nokia dans l’année à venir ?

Support, Ventes, Marketing

Il parait assez clair que peu ou presque devrait changer pour beaucoup d’employés des départements marketing, ventes et distributions, ainsi que les services généraux et IT.

On peut facilement imaginer que dans un an, les produits Xbox et Surface seront suivis par les équipes du Nokia Care qui aura englobé celles déjà existantes de Microsoft, mais qui ne sont que présentes en ligne.

En ce qui concerne la vente, on peut facilement imaginer que les relations avec les opérateurs seront renforcées, ou en tout cas gardées en l’état. Cela devrait surtout aider la distribution de la Surface, qui est encore peu présente sur les étals de nos magasins, et distribuée dans peu de pays. Ici, peu d’avantage à envisager pour les équipes de feu Nokia, mais pas de point particulièrement négatif non plus.

Enfin, en ce qui concerne le marketing, on a tous à un moment ou un autre reconnu le manque de cohérence des différentes approches de communication et de marketing de Nokia et Microsoft depuis le début de leur alliance. L’association des équipes des deux entreprises devrait enfin permettre une politique marketing avec un vrai budget conséquent, et une direction claire. La gestion des relations avec les développeurs, centralisée, permettra aussi d’éviter des actions concurrentes telles que les conférences ou les concours.

Développement et production

On touche ici à la partie la plus délicate à évaluer.

Les faits à ce niveau étant plus flous, il est plus difficile de prévoir l’avenir de ces employés, les plus nombreux (plus de 18 000 rien que pour la production, soit 56%). C’est là qu’il faut faire intervenir  la “culture d’entreprise” de Microsoft qui dans ce cas peut avoir des tendances contradictoires :  MS a toujours sous-traité la fabrication de ses produits (Xbox chez Flextronics ou Foxconn, Surface chez Pegatron, les souris chez KYE Systems, etc …) ; par contre, MS est reconnu comme un très bon employeur, qui garde ses employés sur le long terme et licencie très rarement. Cela veut dire que dans un premier temps MS devrait garder tous les nouveau employés Nokia.

Voici ma vision de ce qui devrait arriver (pure spéculation, mais qui s’appuie sur les faits exposés plus haut) :

Pour les centres de développement, durant la première année, MS ne devrait rien changer pour permettre de développer les premier produits 100% MS sans accrocs. En particulier les employés en Finlande développeront les prochains Nokia, Asha et Lumia dans leurs anciens locaux Nokia, avec leurs managers Nokia (et sans doute quelques rajouts d’employés MS) ; de plus, les employés Microsoft en Finlande seront déplacés dans les bureaux de Nokia Devices & Services, et leurs bureaux actuels vendus. Au delà de un an, MS lancera un plan de rationalisation des équipes, en particulier pour soutenir la fusion des services Nokia avec ceux de MS.  Certains employés seront invité à rejoindre les équipes de MS (par exemple Xbox music à Paris), et donc de déménager. Cette réorganisation pourrait amener à des départs volontaires des finlandais les moins enclins à quitter leur pays.

Pour ce qui est des centres de production, même si la culture MSFT est plutôt la sous-traitance, il ne faut pas oublier qu’en achetant Nokia, l’entreprise de Seattle hérite d’un savoir faire en terme de production unique au monde. Nokia est encore considéré aujourd’hui comme un des leadeurs de la gestion de la production, surtout en terme de maîtrise des coûts. Selon moi, il faut dans cette analyse séparer les usines de production de “dumbphones” et celles de smartphones. En effet, les usines de Nokia actuelles produisent les téléphones Classic et Asha en très grand volume, et donc avec un bon contrôle des coûts ; par contre la production de smartphones, bien qu’en hausse constante, reste faible et donc chère ; on peut imaginer que Nokia n’atteindra pas les niveaux de production de 2010 (époque où les usines étaient saturées donc peu chères) avant encore deux ans. Voici donc comment je vois leur avenir :

  • L’avenir des “dumbphones” dans le monde est sombre : on peut imaginer que d’ici cinq ans ils ne soient plus qu’un marché de niche (et je suis généreux). Ma prévision est donc que les usines de “dumbphones” resteront en place jusqu’ au moment où elle ne permettront plus un volume suffisant pour être compétitives. Alors la division Devices & Services de MSFT devrait les fermer et licencier les équipes locales (en particulier les opérateurs) ou les relocaliser (en particulier les ingénieurs/techniciens).
  • En ce qui concerne les usines d’assemblage de smartphones, à moins d’un soudain bond de la vente de Lumia ou des Asha 50x, la division Devices & Services de MSFT devrait agir ainsi : les téléphones actuellement assemblés en interne le resteront jusqu’à leur retrait du marché dans environ un an. Les téléphones actuellement en développement (Lumia xx25 ou xx30 ? Asha 50x ?) seront sans doute aussi assemblés dans les actuelles usines Nokia. Ceci donne environ 18 mois de répit à ces usines qui devraient fermer à la suite du lancement des premiers smartphones 100% MSFT qui seront sous-traités à des entreprises comme Compal ou Foxconn.
  • En revanche, étant donné leur avantage stratégique, les usines de customisation régionales devraient rester actives en l’état, car elle permettent une bien meilleure sécurité (peu de leak de ROM) et une meilleure réactivité aux marchés locaux.

Et l’usine du Viet Nam ? Elle produit des Asha pour l’instant et nécessite des coûts élevés de “rétrofitage” pour lui permettre de produire des Lumia. Etant donné que cette usine n’a pas été payée par MS, et que sa valeur comptable est faible, je pense que MSFT n’aura pas plus de remords à la fermer que Nokia il y a deux ans pour l’usine de Salo. La fermeture d’usines neuves est une triste réalité récurrente des entreprises industrielles en transition :-(

Conclusion

Si je devais résumer ce (trop) long article, je dirais :

  • Rien ne changera pour les équipes de vente et le Nokia Care, et ils devront former et intégrer les actuelles équipes Xbox, Surface et accessoires à la méthode Nokia ;
  • Les équipes marketing et services généraux resteront les mêmes mais devront suivre les méthodes Microsoft à la place des méthodes Nokia ;
  • Le développement des services et devices Nokia ne changera pas ou peu pendant un an, et verra sans doute une réorganisation d’ici fin 2014 qui se soldera par des relocalisation et des départs volontaires;
  • Les usines de « dumbphones » resteront en l’état jusqu’à la mort de ce marché ;
  • Les usines d’assemblage de smartphone tourneront pendant encore 18 mois sans problèmes, mais certaines seront ensuite fermées alors que Microsoft se tournera vers des sous-traitants pour les nouveaux produits ;
  • Enfin, les usines de customisation locale resteront en l’état.

Tout ceci bien sûr n’est que pure spéculation de ma part. Nul ne sait ce qui se passe dans la tête du comité de direction de Microsoft aujourd’hui. Nul ne sait même qui le conseil d’administration de cette entreprise choisira pour remplacer leur PDG actuel et quelle sera sa vision pour la division Devices & Services. Beaucoup de choses peuvent encore se passer d’ici février 2014, date prévue pour la finalisation du rachat. Nous verrons bien.

Et vous, croyez-vous à cette busines fiction ? Avez-vous d’autres théories ? Pensez-vous que Microsoft va savoir gérer cet apport soudain de 32 000 salariés Nokia venant de plus de 60 pays ?

Merci de rester courtois dans vos commentaires, nous sommes entre gens de bonne compagnie ici.

Author Bio

Anton

My name is Anton and this is my online portfolio of articles on technology. I am passionate about anything High Tech. I started to write my own articles in 2013 after I found that no one really expressed my take on the fast evolving world of the smartphone industry.

12 Comments
  1. Massis

    31 octobre 2013 at 9 h 56 min

    Merci pour ce morceau de SF :)

    Quelques ajouts :
    1. Situations a été « handed over » à Pastilli labs, comme Sports Tracker qui a donné lieu à la création d’une société dédiée. Je me demande si Nokia D&S a toujours la main dessus,
    2. Juha Alakarhu (Imaging) a confirmé, dès l’annonce de l’accord MSFT/Nokia, qu’il serait transféré à MSFT (en restant en Finlande). C’est quand même lun des papas du 808 et c’est qui représente (après le départ de D Dinning) la gamme Pureview « haut de gamme » (808, 1020).

    On peut se poser la question de savoir comment la partie imagerie sera intégrée à MSFT, notamment en termes de capacités d’innovation (et là, on bute sur une autre inconnue: c’est quoi ce Advanced Technologies qui reste dans Nokia, et pour qui et comment travailleront-ils?)

    • Anton

      31 octobre 2013 at 15 h 23 min

      Lors de la présentation des résultats du troisième trimestre, Nokia a donné les premiers éléments de ce qui constituera « Advanced Technologies » : en gros, Nokia garde le « R » de R&D, tandis que MSFT prend le « D ».

      Il est donc normal que le groupe Imaging aille chez MS, car il s’agit d’un groupe de développement plus que de recherche proprement dit.

      Si on considère que Nokia a mis quatre ans à finaliser le 808, en effet parti d’une idée de Dinning & Co, il y a eu d’abord de la recherche sur la TECHNOLOGIE (algorithmes d’interpolation, par exemple) puis du développement du PRODUIT (comment assembler un objectif et un capteur monstrueux dans un espace minuscule comme un téléphone).

      Advanced Technologies va vraiment se tourner vers l’aspect technologique que vers l’aspect produit.

  2. Salvador

    31 octobre 2013 at 12 h 10 min

    Comme il est dit on ne sait rien de ce qui se trame dans la tête des dirigeants de M$…mais on peut hélas craindre le pire pour les employés de Nokia. :(

    • Anton

      31 octobre 2013 at 15 h 30 min

      Tu penses que MS pourrait faire un gros plan social ?

      En ce qui me concerne, je pense que les opérateurs en usine ainsi que certains techniciens et ingénieurs pourraient souffrir d’ici un ou deux ans.

      Mais pour les autres, je ne suis pas inquiet : de ce que j’ai pu trouver sur MS, c’est une entreprise qui est très appréciée par ses employés, et qui ne vire que très exceptionnellement.

      • Bruno

        31 octobre 2013 at 15 h 34 min

        Microsoft n’a pas besoin de virer les gens, les gens talentueux partent d’eux-mêmes :-)

        La culture d’entreprise Microsoft est quelque chose d’assez incroyable, pas certain que beaucoup d’ex Nokia vont aimer.

        • Anton

          31 octobre 2013 at 15 h 53 min

          Je te rejoint là dessus. Il est vrai que MS est une entreprise avec un fort esprit américain (ce n’est ni bien ni mal, juste une observation) et Nokia est le stéréotype de l’entreprise gérée à l’européenne.

          Je pense comme toi que de nombreux employés de Nokia (talentueux ou non, ce n’est pas la question) quitteront le navire dans les prochains mois pour des problèmes d’acclimatation à cette nouvelle culture d’entreprise.

          • lehulk

            31 octobre 2013 at 17 h 23 min

            qu est ce qu il en reste de la culture d entreprise a l européenne?

          • Eric

            31 octobre 2013 at 20 h 33 min

            Exactement et j’en sais quelque chose…

  3. Djil

    31 octobre 2013 at 12 h 39 min

    « On peut facilement imaginer que dans un an, les produits Xbox et Surface seront suivis par les équipes du Nokia Care qui aura englobé celles déjà existantes de Microsoft »

    Ça j’en doute fortement. Ne pas mélanger les tomates avec les courgettes, MS ne souhaite certainement pas une ratatouille pour l’avenir du dev sur sa plateforme de game…

    • Anton

      31 octobre 2013 at 15 h 26 min

      Je ne suis pas sûr de voir ce que tu veux dire : tu penses que le support après-vente des xbox surfaces et téléphones ne peuvent pas être mis en commun ? Ou parles-tu en fait des équipes de support aux développeurs avant vente ?

      Le Nokia Care est le service de Nokia de gestion de la garantie.

  4. Vladimir

    31 octobre 2013 at 19 h 01 min

    Petite histoire cocasse :

    Un ancien salarié de Nokia qui a perdu son job avec les réorganisations de la compagnie et qui a passé son temps, lorsqu’il était chez Nokia à cracher sur Eldar Murtazin via Twitter, Facebook, et à peu près tous les réseaux sociaux a fini par postuler, sans le savoir, dans une des entreprises dont Eldar Murtazin est propriétaire.

    Ce dernier semble amusé de la situation, et a hâte de voir la réaction de l’employé -s’il est embauché – quand il apprendra qui est son employeur.

    Moralité : toujours faire attention aux critiques que l’on émet vis-à-vis de concurrents, d’autres organisations, de tierces personnes… car la chance peut tourner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


neuf × 5 =