Les mobiles en général

[Conférence] Le mobile d’après : prospective à 5 ou 10 ans

2091 views 10 Comments

Ce mercredi 13 mars 2013 s’est déroulée une conférence, au format table ronde, au centre de Paris. Le sujet de la discussion était d’imaginer ce que seront les mobiles d’ici 5 à 10 ans.

Quels sont les projets des constructeurs en matière de formats, d’usages en matière de m-santé, m-éducation, m-paiement ou encore m-loisirs ? Des professionnels du milieu ont répondu à toutes ces questions :

  • Roberto Mauro, Director, Strategy & Business Samsung
  • François Thénoz, vice-président Market Intelligence, Groupe Orange
  • Delphine Gatignol, VP France de Comscore
  • Xavier des Horts, Nokia
  • Laurence Allard, maître de conférences en Sciences de la Communication et chercheuse à l’Université Paris 3-IRCAV, spécialisée dans les questions Mobile & Société

Est ce que ça a un sens de penser mobiles d’ici 5 à 10 ans ?

On est en plein paradoxe : on veut vivre le futur mais on vit au jour le jour. Orange voit à 6 mois, maxi 18 mois, mais les points stratégiques doivent se faire sur 5 ans. Les investissements doivent cependant se faire  à très long terme… à peut-être plus de 5 ou 10 ans (4G par exemple).

On est dans de nouvelles pratiques, une appropriation des technologies de communication. On observe que le temps des usages est un temps très long, on ne parle pas de substitutions immédiates. On parle de 2 naissances des technologies : une première quand la technique est découverte, une seconde quand c’est réellement utilisé (ex : internet mobile a démarré avec le WAP mais n’a que réellement pris d’importance avec les applications).

Nokia met le doigt sur le fait qu’on ne parle pas de futur en France, puisqu’il n’y a plus de laboratoires de recherche. Il y a cependant d’excellents designers qui sont formés en France et travaillent à l’international. Samsung de son côté dit qu’il est logique de parler d’innovations mais qu’il faut de longues années pour qu’elles soient mises sur le marché afin que ce soit économiquement intéressant.

 

De qui parle t-on aujourd’hui quand on parle de smartphones ?

53% des gens ont un smartphone en France, au Royaume-Uni on parle de 64%, et en Espagne 66%. En termes de croissance, on parle de 75% des téléphones achetés en France sont des smartphones. Les hommes de 24-34 ans, sont les plus représentés dans les usagers de smartphones. En termes d’OS on a Android N°1 avec plus de 48% du marché.

 

Comment utilise t-on son téléphone ?

Aujourd’hui, 9,2% des utilisateurs font des achats via leur smartphone. La vidéo en ligne, les réseaux sociaux, font partie du quotidien des utilisateurs qui souvent utilisent leur téléphone avant même de sortir du lit. Nokia a bon espoir que 2013 soit l’année de la NFC et du paiement via le mobile en France :)

Orange pense qu’en 2013 déjà, on aura plus de mobinautes que d’internautes… plus de gens qui accèdent à Internet via un smartphone ou une tablette, que de personnes y accédant via un PC. C’est venu très rapidement, les tablettes ont une croissance 4 fois plus forte que les smartphones au lancement ; la guerre des prix n’étant pas pour rien. Orange pense qu’en 2015, 60% de ses clients seront équipés d’une tablette.

Depuis quelques années, les usages du mobile ont beaucoup changé et on reçoit par exemple des SMS lorsque l’on fait des commandes sur Internet. Ces mêmes SMS peuvent servir dans les pays les plus pauvres pour rappeler aux populations de se faire vacciner par exemple. On parle même de communication à sois-même puisque les gens s’envoient parfois des mails de rappel à eux-même.

En France, le mobile va de paire avec les ordinateurs, tablettes, TVs, … on parle parfois même d’une indifférenciation selon Laurence Allard. On a les mêmes usages pour ces différents devices (lecture de mails, vidéos, …etc.).

 

Et le futur ?

Au niveau du réseau, Orange a parlé de 4G+… ils parlent de plus de 100 Mb/s entre les mains des consommateurs. On ne parle plus de mobile, on parle de compagnon personnel car il n’y a plus de contraintes.  La voix sera moins importante que la data dans le futur.

Le marché cherche l’innovation, mais le consommateur veut du bas prix et il faudra trouver une solution pour proposer de l’innovation pas chère…

Pour rebondir à cela, Nokia répond qu’ils ont des smartphones à tous les prix. Le consommateur doit regarder la fiche technique cependant, car on n’aura pas un mobile 4G pour un prix ridicule, c’est impossible. Xavier des Horts imagine le futur avec un mobile équipé d’un capteur d’odeurs, d’un thermomètre,… mais tout n’est pas réductible et ne tiendra pas dans la poche. Pour avoir des idées de ce qui peut se faire, Xavier parle du site Research de Nokia et nous montre des mobiles à écran souple par exemple, ou nous parle du graphène. Il parle également d’un téléphone résistant à l’eau, qui est en étude à Cambridge. Il dit que les matériaux vont bouger, il insiste dessus, et dit qu’on va intégrer plus de choses dans les mobiles. On a hâte de savoir ce qu’il a derrière la tête :)

Samsung dit qu’ils vont proposer rapidement (mais pas demain) un écran souple sur ses produits. Ce composant a été présenté lors du CES 2013, et parle de 3 concepts un peu futuristes : un écran qui fait le tour du téléphone, un écran qui se plie comme un livre, un écran qui se roule comme un magasine. Ils pensent qu’on verra ce genre de produits arriver d’ici fin d’année, ou d’ici 2014. Il parle également de batteries flexibles !

Au niveau des écosystèmes, Samsung met le doigt sur le fait que les utilisateurs cherchent une expérience unique entre pc, téléphone, mais aussi machine à laver ou réfrigérateur. Aujourd’hui Samsung pense qu’il y a 3 écosystèmes : iOs, Android et Windows Phone et d’autres écosystèmes centrés autour de la TV, décodeurs, …etc.

Au niveau de la santé, de nouveaux capteurs sont développés. Dans la domotique également, on apporte un nouveau confort dans la gestion de la maison (le chauffage qui s’allume le jeudi soir dans la maison de campagne pour qu’elle soit chaude quand on arrive par exemple).

 

 

En résumé, tout le monde s’accorde sur le fait que la technologie serait facile à mettre en place, mais qu’il faut qu’elle soit utilisée et adoptée. L’innovation passe par les constructeurs, mais également par les autres acteurs du marché (opérateurs, distributeurs) et surtout par les consommateurs qui doivent adopter ces nouveautés. La protection des données a été abordée, et devient un argument de poids qui est pris en compte.

RELATED ITEMS
Author Bio

Julie

Co-Fondatrice de Nokians.fr || Nokia Champion 2012 / 2013 / 2014 // Blogueuse sur la marque depuis 2010 // MVP Windows Phone || Fan de cochons d'inde et de cuisine (www.recettesdejulie.fr)

10 Comments
  1. Rudy

    13 mars 2013 at 21 h 45 min

    Tu as été prolifique !!

    Super intéressant ! Même si perso le téléphone thermomètre me fait un peu peur 😉

    Merci Julie !

    • Vladimir

      14 mars 2013 at 13 h 34 min

      C’est pourtant ce qu’il y a de plus facile à faire.

  2. RemsiDji

    13 mars 2013 at 23 h 40 min

    Moi plus tard j’aurais JARVIS 8)

  3. Bob

    14 mars 2013 at 7 h 54 min

    ….. Et sinon, sérieusement, nokia se voit ou dans deux ans?
    Non parce qu’au passage, blackberry viens de se faire signer une commande de 1 millions de terminaux, alors que le premier trimestre est pas fini, que sont téléphone phare était pas disponible partout des le début du trimestre, que son deuxième téléphone phare n’est même pas encore sortie, et que cet commande à elle seule représente la moitié des ventes de lumia de 2012…….
    Va falloir vendre 4 ou 5 fois plus de lumia juste pour devenir le « troisième écosystème »……

  4. Alex

    14 mars 2013 at 10 h 28 min

    Merci pour cette synthèse utile.
    On pourrait juste ajouter les chiffres globaux sur la taille du marché mobile : 7 milliards de cartes sim ( 3 milliards de clients )

    Cités par Orange et confirmés par cette étude :
    http://www.gsmamobileeconomy.com

    Concernant votre conclusion : « la technologie serait facile à mettre en place », c’est peut-être un peu rapide ! Le seul objectif commun que j’ai retenu, le paiement sans contact est au contraire un sujet complexe nécessitant l’accord de nombreux acteurs de plusieurs pays. C’est donc loin d’être simple.
    Les consommateurs, de leur coté, ne peuvent adopter les technologies que lorsqu’elles sont au point, de grande qualité et largement disponibles. Pour reprendre l’exemple, la simple mise à disposition de la puce NFC sur les mobiles est loin d’être suffisante si les terminaux de paiement d’évoluent pas.

  5. Vader_MIB

    14 mars 2013 at 11 h 08 min

    Téléphone résistant à l’eau… Le futur c’est maintenant, mais pas chez Nokia…

  6. julie

    14 mars 2013 at 13 h 22 min

    kikoooo

    • Eric

      14 mars 2013 at 13 h 29 min

      Julie c’est un 808 que tu as là? 😉

  7. Vladimir

    14 mars 2013 at 13 h 45 min

    Je ne sais pas comment c’est maintenant, mais Nokia avait pour habitude de prévoir les choses très longtemps à l’avance.

    Je me souviens déjà en 1999, quand j’étais chez Nokia, ils faisaient des prévisions jusqu’à 2016, et s’ils n’avaient pas prévu leur gadin de 2011, sur la téléphonie mobile en général, ils ne s’étaient pas trompés :

    En 1999, on parlait de :

    – l’internet mobile; check

    – paiements avec son téléphone; check, mais Nokia Money a été fermé par Elop il y a tout juste un an
    – contrôle de son auto avec son smartphone; check
    – téléphone adapté au sport; check
    – débits dépassant ceux de l’ADSL; check
    – visiophonie; check
    – TV sur son téléphone; check
    – pièce d’identité dans son smartphone; pas encore check, mais on approche.
    – on imaginait des téléphones flexibles
    – et bien d’autres choses, mais c’était il y a presque 15 ans, la mémoire ne revient pas toujours très vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− un = 6

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.